Nous allons ouvrir une série d’articles sur le bruit et l’acoustique dans les bâtiments en commençant par « les bruits aériens ».

Lorsque nous parlons de bruits aériens il ne s’agit pas de ceux des avions mais de toutes les nuisances sonores provoquées par l’air en mouvement : ventilation, VMC, climatisation. Nous exclurons de notre propos le cas des hottes de cuisine. En effet le bruit est important mais en général assez ponctuel. Dans le cas des cuisines professionnelles nous pouvons parfois atténuer la gêne mais le niveau sonore émis par les hottes reste très important.

Dans la lutte contre les bruits aériens il s’agit principalement de réduire les sources d’émission et les facteurs de propagation.
Voici les principaux moyens que nous pouvons mettre en œuvre et pouvons vous conseiller :

  • Éloigner le plus possible le moteur de ventilation. Ce n’est certes pas lui qui fait le plus de bruit mais chaque atténuation compte.
  • Isoler les raccords, les grilles, les jonctions de sorte qu’il y ait le moins possible de transmission de vibration le long des conduites.
    Soigner la pose des gaines et conduits. En effet les moindres aspérités peuvent produire un bruit ou sifflement au passage de l’air en mouvement.
  • Au delà de ces précautions de bon sens il est un choix à faire quand le site le permet : Il s’agit de dimensionner au plus large les conduites et surtout les grilles de ventilation. En effet la seule donnée constante est le flux d’air, lequel s’exprime en m3 par heure. A flux identique si la section des conduites est plus grande et si la taille des grilles est plus importante alors la vitesse d’écoulement de l’air sera plus faible. En abaissant de façon significative la vitesse d’écoulement de l’air on arrive à obtenir des dispositifs de ventilations très silencieux.

Ceci est bien entendu plus aisé en neuf ou en grosse rénovation.